La Perversion langagière : Emprise et Manipulation à travers les Mots.

Cet article se propose d'apporter un éclairage psychanalytiques sur l'utilisation des mots comme outils de manipulation, ainsi que les raisons pour lesquelles certaines personnes se laissent manipuler par ceux-ci. Nous ouvrirons également des pistes pour repérer ces pratiques et s'en prémunir.

RÉFLEXIONS

3/31/20247 min lire

article sur la perversion de langage
article sur la perversion de langage

À travers les millénaires la communication verbale s'est enrichie ; nous sommes passés de quelques onomatopées à un langage complexe qui a permis l'essor de l'humanité. C'est cette communication qui a permis aux êtres humains de créer les civilisations, de transmettre des connaissances, d'échanger.

Aujourd'hui, la communication verbale fait partie de ce qui façonne notre relation au Monde, c'est-à-dire qui nous permet de créer une réalité de ce qui nous entoure, de comprendre notre place, de nous positionner. Ce sont notre entourage et nos rencontres qui vont nous donner des indices sur qui nous sommes, où nous sommes et comment nous devons nous comporter ?

Mais que se passe-t-il lorsque cet outil devient un moyen de domination subtile et insidieuse ? C'est le phénomène de perversion langagière.

Prisonnier par le Verbe

Réflexions

Les mots; implacable outil de manipulation.

Dans un monde où la communication joue un rôle prépondérant, la perversion de langage se présente comme une manipulation subtile et souvent invisible. Cette forme de perversion, loin d'être anodine, peut avoir des conséquences dévastatrices sur l'individu qui en est victime.

La perversion langagière : une arme psychologique

La perversion langagière consiste à utiliser le langage pour exercer une emprise sur autrui, souvent sans que la victime ne s'en rende compte. Le manipulateur, par ses mots, instille le doute, la culpabilité ou l'incertitude dans l'esprit de la personne qui se laisse influencer. L'exemple classique est celui du manipulateur affirmant à sa victime : «Je ne dirai à personne ce que TU as fait, ou NOUS avons fait» ou encore une personne qui va dire à une autre "Tu es comme ça, tu dois .... ". Cette technique de déplacement de responsabilité ou de pensées fait porter à l’autre le poids d’une faute non commise ou d'un acte mal interprété enfermant ainsi la personne dans un cycle de culpabilité infondée ou de questionnement permanent. 

manipulation psychologique
manipulation psychologique

Pourquoi utilise-t-on les mots pour manipuler ?

La manipulation langagière prend racine dans une volonté de pouvoir et de contrôle sur l'autre. Elle permet à celui ou celle qui en abuse de projeter sur une autre personne ses propres faiblesses, ses propres difficultés, ses propres besoins ou en encore ses propres pulsions. Cette projection va permettre de pouvoir maintenir une stabilité intérieure pour la personne manipulatrice, elle est un moyen de défense. 

Il y a des personnes qui le font consciemment et d'autres inconsciemment. Par exemple, cette technique va permettre au manipulateur d'exercer une emprise sans recourir à la violence physique, rendant ainsi son action moins perceptible mais profondément insidieuse.

Des personnes également qui ont pour elles de bonnes intentions peuvent manipuler sans s'en rendre compte. Les mots deviennent des outils pour remodeler la réalité de l'autre selon ses propres désirs, souvent pour éviter la confrontation directe avec ses propres failles ou responsabilités.

Il faut avoir conscience que nous pouvons à tout moment devenir manipulateur à cause de nos peurs, de nos angoisses, de nos interdits de nos croyances, etc. 

manipulation psychologique avec des mots
manipulation psychologique avec des mots

Nous analysons en permanence ce que nous entendons dans notre quotidien et le couplons avec les références que nous avons eues dans notre enfance ; est-ce que ce que j'entends est conforme à mon référentiel donné par mes parents ou pas. Si cela est conforme alors, cela va renforcer les croyances sur qui nous sommes et quel est notre environnement. C'est le chemin qui demande le moins d'énergie pour le cerveau, il sera donc privilégié.  Si cela n'est pas conforme nous allons chercher à savoir si cette hypothèse est vraie ou pas, en se basant sur les faits constatés durant notre vie mais cela demande beaucoup d'énergie pour le cerveau. 

Le cerveau est très bien fait, il possède une logique implacable mais parfois elle peut nous échapper, soit par méconnaissance, soit à cause de l'influence de diverses émotions. Pour comprendre notre logique il sera intéressant de prendre en considération plusieurs choses :

  • le fait que nous devons rester à l'équilibre, garder une certaine homéostasie, c'est une question de survie !

  • les biais cognitifs du cerveau humain, (nous avons tendance à nous attarder sur les évènements négatifs de notre vie, toujours pour une question de survie),

  • nos croyances, nos interdits,

  • nos loyautés,

  • nos peurs, nos angoisses,

  • nos besoins, nos pulsions,

  • l'état de notre santé physique,

  • etc.

Changer son référentiel de base demande une énergie considérable qui va déstabiliser notre équilibre en faisant accroitre notre stress et si nous n'avons pas l'énergie nécessaire pour retrouver l'équilibre alors les défenses psychiques vont se mettre en place et nous ne pourrons pas aller contre notre référentiel de base donné durant notre enfance. En d'autres termes, il ne sera pas possible de changer sa pensée ni ses actes. Et souvent votre mental, pour vous protéger, va vous faire croire que vous avez réussi. 

Les profils des victimes : pourquoi certains se font-ils manipuler ?

Les individus les plus susceptibles de tomber dans le piège de la manipulation par les mots sont souvent ceux qui ont vécu des expériences où leur estime de soi a été fragilisée, notamment durant l'enfance. Ces personnes peuvent avoir entendu répétitivement qu’elles étaient fautives ou inadéquates, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux discours manipulateurs visant à renforcer ces croyances négatives.

Explications :

Repérer et échapper à la perversion langagière:

Repérer une manipulation par les mots nécessite une vigilance constante quant aux dynamiques de communication dans lesquelles on s'engage. Des signaux tels que :

  • le sentiment persistant de culpabilité sans raison apparente,

  • le sentiment d'avoir tort alors que vous aviez pris une décision raisonnée.

  • vous remettre constamment en question,

  • le fait d'être constamment placé dans une position défensive au cours de la conversation,

  • vous sentir nul ou nulle après. 

peuvent indiquer une relation manipulatrice.

Pour s'en échapper, il est crucial de renforcer son estime personnelle et de développer une capacité critique face aux discours reçus. Cela peut impliquer un travail thérapeutique visant à déconstruire les schémas de pensée auto-incriminants et à établir des frontières claires dans les interactions sociales.

Petit exercice pour reprendre le contrôle de ses pensées :

Devenez spectateur et analysez la situation :

Basez-vous sur les faits concrets qui sont vérifiables, comme un enquêteur ; quels sont les faits qui ne peuvent être discutés par personne ?

Ne rejetez pas vos ressentis !

Pourquoi avez-vous pensé cela ? Quelles sont les émotions que vous avez ressenties durant la conversation ? Étaient-elles justifiées ? Pourquoi avez-vous ressenti cela ?

Rappelez-vous pourquoi vous aviez pris cette décision ?

Écrivez sur un papier votre raisonnement, cela vous permettra d'y voir plus clair et cela vous permettra de garder un certain contrôle sur vos pensées et vos actes.

La perversion langagière dans la société et dans notre quotidien :

Dans notre société contemporaine, les perversions langagières se déploient insidieusement à travers divers canaux tels que les publicités, les réseaux sociaux, les médias et même les discours politiques. Parfois cela peut être fait intentionnellement pour une question de profit. Mais parfois les personnes ne s'en rendent pas compte et contribuent à diffuser malgré eux, ces distorsions verbales entendues ici et là. Ces mots ne se contentent pas de manipuler nos perceptions, mais ils s'immiscent profondément dans notre psyché, influençant nos pensées, nos émotions et nos comportements.

Les mots ont un pouvoir qui est loin d’être anodin ; il revêt une puissance considérable, capable de nous modeler à notre insu, de nous éloigner de notre authenticité et de notre identité profonde. Soyons conscient de l'impact de ceux-ci sur nous et les autres. Je vois trop souvent les personnes en séance ne pas prendre la pleine conscience des mots qu'ils emploient ou des mots qu'ils ont entendus.

Les termes utilisés peuvent devenir des outils de coercition mentale, nous éloignant de notre essence et nous faisant adopter des comportements parfois contraires à nos valeurs fondamentales, ils peuvent créer de la confusion et de la frustration.  Soyons conscient que les mots peuvent nous pousser à internaliser des standards qui vont rentrer en conflit avec nos propres aspirations et nos propres besoins. Ils peuvent avoir ce pouvoir de nous faire culpabiliser ou encore nous forcer à adopter des attitudes en réponse à des injonctions sociales.

Soignons notre vocabulaire et soyons attentif aux mots des autres, pour nous autoriser à devenir Sujet de notre pensée et de nos actes, c'est-à-dire acteur de notre vie. 

A méditer

"La névrose est pour ainsi dire le négatif de la perversion", écrivait Freud en 1905  dans Les trois essais sur la théorie de la sexualité.

La manipulation par les mots représente un véritable défi dans nos interactions quotidiennes. Comme Platon nous le rappelle si justement: «La perversion de la cité commence par la fraude des mots». Dans cette optique, il est essentiel d'être conscient des pouvoirs du langage et des moyens par lesquels il peut être détourné pour manipuler et contrôler. En développant votre vigilance et en renforçant votre intégrité psychique, vous pouvez réduire l'impact de l'emprise des mots pervertis et construire des relations plus authentiques et respectueuses.

En somme, comme Pierre Fédida l'a souligné, reconnaître la perversion ne nécessite pas toujours l'évidence d'un acte monstrueux; elle peut être repérée dans les subtilités du discours. À nous donc d'affûter notre écoute et notre discernement pour protéger notre espace psychique contre ces intrusions nocives.

Pour conclure

Conseils de lecture:

  • Sciences humaines ; Les théories du langage magazine (Hors-série Les Essentiels n°15 - octobre - novembre 2023 )

  • D’une perversion de l’autorité dans le langage : ces langues qui coupent la pensée article (Dans Topique 2015/4 (n° 133), pages 65 à 79 )

  • Les paroles perverses, livre de Robert Neuburger

  • Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, livre de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois